Nouveau cabinet à Vannes

Depuis quelques jours, j’ai le plaisir de vous accueillir dans un nouvel espace à Vannes, 2bis avenue Saint Symphorien.

Je partage ce nouveau local avec Inorina Leclerc, spécialisée en massages.

Nous avons choisi un lieu baigné par la lumière, facile d’accès et confortable. Nous espérons vous y rencontrer très bientôt.

Le cabinet de Saint-Congard, au bord du Canal de Nantes à Brest continue de vous accueillir également.

C’est le printemps, la saison du bois

En médecine traditionnelle chinoise, le printemps a démarré le 5 février. C’est juste car l’énergie ascendante de la nature est bien là ! C’est la saison de l’élément bois, relié au foie et à la vésicule biliaire. C’est donc particulièrement intéressant de s’ntéresser à ces deux organes à cette période de l’année.

Que manger au printemps ?
Afin d’activer le fonctionnement du foie au printemps, il convient d’adapter son alimentation et de favoriser certains aliments :
– Toutes les petites pousses et germinations y compris les grains germés.
– Les aliments verts, riches en chlorophylle (laitue printanière, mâche, cresson, etc).
– Les algues, le thé vert.
– Les jus de légumes crus en petite quantité.

La saveur acide
La saveur acide est associée au foie. Notre foie aide la digestion et permet d’éliminer les toxines. Un foie en bonne santé permet au corps d’être nettoyé efficacement. La saveur acide est également liée aux tendons, muscles, et aux yeux.

Si la consommation en saveur acide est insuffisante ou trop importante, cela aura une incidence sur le foie qui se trouvera affaibli : muscles douloureux ou tendus (crampes), tendons fragilisés (risque de tendinites), problèmes de vue, et problèmes digestifs. L’humeur peut s’en trouver également perturbée ; l’irritabilité et l’impatience peuvent s’installer.

Notre peau, frontière et relais

IStock

Le saviez-vous ? La peau constitue en poids, en surface et en volume, notre plus gros organe : son poids représente 18% de la masse corporelle.

Ce qui la démarque le plus de toute autre partie du corps est la multiplicité de ses fonctions : contenance et maintenance, communication, individuation, régénération…

Bien plus qu’une simple enveloppe, notre peau est à la fois une frontière qui protège, et un relais qui transmet, ou plus exactement une interface entre le dedans et le dehors.

Imperméable, elle se laisse traverser.

En cela, et au-delà d’un simple geste, le toucher parle aussi au monde intérieur de chacun d’entre nous.

 

La lumière décroit

La lumière décroit et nous rentrons dans la saison sombre. Les Celtes fêtent ce passage et le symbolisent à la Samain, qui correspond à Halloween et à la Toussaint.

Fotolia – Halloween

Mais les jours courts et les nuits longues annoncent aussi le retour de la lumière. Chaque part de lumière contient son potentiel de nuit et la nuit tient la promesse du futur soleil.

Selon les principes du Tao, tout ce qui existe dans l’univers est en mouvement constant. Alors que le mouvement se poursuit, chacune des forces se transforme progressivement en l’autre, du Yin vers le Yang et inversement.

Yin et Yang, opposés et complémentaires, sont fondamentaux dans la pratique du shiatsu.

 

 

 

Le shiatsu au Japon

crédit photo : Fotolia

 

À la fin du XIXe siècle, au Japon, de nombreuses techniques manuelles coexistaient sous différentes appellations. Le terme « shiatsu » a été utilisé pour la première fois en 1920.
La pratique du shiatsu s’est ensuite diffusée à travers différents enseignants qui ont perfectionné le shiatsu en fonction de leur propre expérience. C’est ainsi que plusieurs styles sont nés avec des orientations différentes (traditionnelles, énergétiques, intégration de techniques d’ostéopathie ou de chiropractie importées de l’Occident, etc.)
La première clinique utilisant des protocoles de shiatsu fut ouverte à Muroran (Hokkaido) dès 1925 par Tokujirō Namikoshi, l’un des précurseurs du shiatsu.
En 1955, il obtient pour son école, la licence officielle du ministère de la Santé et du Bien-être japonais. Le shiatsu bénéficie alors d’une grande notoriété.

Le Shiatsu joue dans le domaine de la santé japonaise un rôle comparable et complémentaire à ceux de la Kinésithérapie en France, des Heilpraktiker en Allemagne ou de l’Ostéopathie aux USA.
En Europe, le Parlement européen reconnaît le shiatsu comme une médecine complémentaire digne d’intérêt et invite les États membres à les intégrer. Le shiatsu est ainsi reconnu en Autriche et en Suisse, notamment. En France, l’État reconnaît le titre professionnel de « spécialiste en shiatsu » depuis 2015.